Progression Leçon
0% terminé

Notre environnement de sommeil a un impact considérable sur la qualité de notre repos. Prendre le sommeil c’est voir sa chambre à coucher comme un sanctuaire.

Le point clé est que notre sanctuaire de sommeil doit avoir un air frais et propre pour provoquer des sentiments de relaxation.

L’introduction de plantes d’intérieur dans la chambre est un excellent moyen d’y parvenir. Il a été démontré que la vue organique et les odeurs de terre de la verdure induisent le calme et augmentent le bonheur. En plus, les plantes sont d’excellents filtres à air naturels et le maintien d’une bonne qualité de l’air est crucial pour un sommeil de qualité.

L’air contient des ions, qui sont des atomes chargés d’électricité. Les ions ayant une charge électrique négative sont extrêmement énergisants et améliorent notre santé en oxydant les moisissures, les parasites et les gaz chimiques toxiques. Mais avec le temps, l’air que nous respirons devient pollué car la teneur en oxygène diminue et les ions perdent leur charge négative.

Les plantes remédient à ce problème en transformant le dioxyde de carbone en oxygène et en rechargeant les ions de l’air. Une plante d’intérieur idéale pour votre sanctuaire de sommeil est le lierre anglais. Non seulement cette plante est extrêmement résistante, mais la NASA a également découvert qu’elle était la meilleure plante d’intérieur pour filtrer l’air, en pompant l’oxygène et en absorbant le formaldéhyde (une neurotoxine nocive très courante dans les pays industrialisés).

La langue de belle-mère (oui oui, c’est le nom d’une plante) est aussi un autre excellent choix. Il s’agit d’une plante robuste, qui a besoin d’un minimum d’eau et de lumière pour s’épanouir, donc parfaite pour une chambre sombre. Le plus remarquable est sa capacité à transformer le dioxyde de carbone en oxygène pendant la nuit, ce que la plupart des plantes ne font que pendant la journée.

Mais s’il y a une règle d’or pour faire de sa chambre un sanctuaire du sommeil, c’est bien celle-ci : ne jamais travailler dans sa chambre.

Faire entrer des appels téléphoniques, des textos et des courriels dans notre espace de sommeil est l’une des pires choses que nous puissions faire. Cela provoque un pic de notre taux de cortisol, une hormone étroitement associée au stress et à l’éveil. Cela conduit également notre cerveau à créer une association négative avec notre chambre, ce qui rend donc inconsciemment plus difficile d’y dormir. Nous devons être stricts avec nous-mêmes et ne pas laisser le travail pénétrer dans notre sanctuaire du sommeil. C’est un endroit qui doit rester un lieu de déconnexion et de calme.

Taking too long? Close loading screen.