Progression Leçon
0% terminé

Lorsque vous entendez le nom d’Al Capone, quelques associations vous viennent probablement à l’esprit, comme la violence mafieuse, la corruption et les rackets.

Quoi que vous sachiez sur le célèbre gangster, vous ne le considérez probablement pas comme une personne bienveillante ou un bienfaiteur public. Mais un homme l’a fait : Al Capone lui-même.

Comme il l’a dit, «j’ai passé les meilleures années de ma vie à donner aux gens des plaisirs plus légers, à les aider à passer un bon moment et tout ce que je reçois, c’est de l’abus, l’existence d’un homme traqué».

Le truand notoire qui terrifiait Chicago croyait au fond de lui qu’il était un homme bon.

Que pouvons-nous apprendre de ça ? Comme Al Capone, nous avons tous tendance à croire que nous sommes dans le vrai et que ce sont les autres qui ont tort, peu importe ce que nous avons fait.

Globalement, nous avons du mal à nous critiquer nous-mêmes. Maintenant, imaginez ce que nous ressentons lorsque nous sommes critiqués par les autres.

Le message clé ici est le suivant : les compliments sont plus efficaces que les critiques.

Le problème des critiques est qu’elles mettent les gens sur la défensive. Les gens se sentent personnellement visés lorsqu’on leur dit qu’ils sont dans l’erreur. Leur instinct naturel est de justifier leur comportement. Pire encore, les gens ont tendance à en vouloir longtemps à ceux qui les critiquent, même si la critique était bien intentionnée.

Mais alors, comment faire comprendre à une personne qu’elle a tort et qu’elle doit changer son comportement sans la critiquer ?

La réponse est simple : la féliciter.

Tout le monde veut se sentir apprécié et important, et quelques éloges peuvent vous rapprocher du résultat souhaité plus que n’importe quelle quantité de critiques.

Telle était la philosophie de Charles Schwab, un homme d’affaires américain. Selon Schwab, sa capacité à gérer les gens était la clé de son succès dans les affaires.

Contrairement à la plupart des hommes d’affaires de haut rang, Schwab essayait de critiquer le moins possible les personnes qui l’entouraient et les félicités au maximum.

Au cours de ses décennies d’expérience dans le monde des affaires, Schwab a découvert que l’on peut obtenir beaucoup plus de résultats en encourageant et en félicitant les gens qu’en les critiquant. Les compliments nous incitent à travailler plus dur et rendent nos relations beaucoup plus chaleureuses.

Taking too long? Close loading screen.